Written by Chantal CHARLES-ALFRED

Chantal Charles-Alfred, est originaire du Morne-Rouge en Martinique. Depuis sa plus tendre enfance, elle a été baignée lors des rencontres familiales par des anecdotes diverses sur les différents membres de la famille. Sa passion pour la généalogie est un héritage de son grand-père qui connut une vie remplie d’histoire et d’anecdotes.

1 octobre 2021

LES ORIGINES 

Des fouilles archéologiques ont déterminé que Basse-Terre est peuplée depuis l’époque amérindienne. On y a même retrouvé des traces d’agriculture. Mais l’histoire commence réellement en 1635.

En 1635, une expédition cherche un lieu d’implantation durable à la Guadeloupe. L’opération est confiée à Charles LIENARD DE L’OLIVE et à Jean DU PLESSIS D’OSSONVILLE, qui s’associent à quatre missionnaires et 550 colons.

Le débarquement se fait le 28 juin 1635, à la Pointe Allègre, bien loin de Basse-Terre même. C’est la famine qui fait venir la troupe vers le sud, dans les environs de l’actuelle commune de Vieux-Fort au début de l’année 1636.

Après avoir cohabité pendant plusieurs mois avec les Amérindiens, les rapports entre Amérindiens et colons se dégradent rapidement. L’OLIVE entame alors une guerre meurtrière contre les autochtones qui sont contraints de se retirer, en 1660, à la Dominique et à Saint-Vincent. La guerre oblige à bâtir un fort, aujourd’hui Fort l’Olive situé à Vieux-Fort.

En 1640, AUBERT succède à L’OLIVE au gouvernement de l’île, et très vite il délaisse le site pour s’installer sur la rive gauche du Galion, ce qui correspond à l’actuelle marina de Rivière-Sens, à Gourbeyre.

En 1643, Charles HOUËL, remplace AUBERT. Il délaisse, en 1650, le site de la marina pour bâtir sur l’éperon rocheux dominant la rade de Basse-Terre, sur la rive droite du Galion, un Fort du nom de « Chasteau de la Basseterre ».

Peu de temps après des religieux élèvent la première église, aujourd’hui l’église Notre-Dame-du-Mont- Carmel, et la ville s’organise autour de la chapelle, et ce depuis le Fort jusqu’à la rivière aux Herbes.

Erigée en commune en 1837.

La commune comporte plusieurs monuments :

1 – La cathédrale

La façade date de 1736.

Vers 1680, sur la rive droite de la rivière aux Herbes, des Capucins bâtissent une chapelle dédiée à Saint-François d’Assise, là où se trouve Factuelle cathédrale Notre-Dame-de-Guadeloupe et, autour de ce lieu de culte, naît un second foyer de peuplement.

Ainsi la rivière aux Herbes sépare deux bourgs distincts : Basse-Terre et Saint-François. En réalité, les habitants affluent vers le nouveau bourg à cause des attaques des Anglais, qui incendient le bourg de Basse-Terre en 1691 (et de nouveau en 1703).

À la suite de ces raids, les habitants pensent que c’est le Fort même qui attire les envahisseurs et par conséquent se déplacent vers le bourg de Saint-François.

Un pont de pierre est construit en 1739, en remplacement d’un gué et d’un pont en bois traversant la rivière aux Herbes.

La ville est prise par les Anglais le 23 janvier 1759 qui la dévastent et comme l’île entière, Basse-Terre subit une occupation qui durera jusqu’au 10 février 1763. Par la suite, la colonie connaît un regain d’activité, malgré la fondation de Pointe-à-Pitre vers 1764, bourg mieux placé par rapport à la houle, et malgré un incendie en septembre 1782.

A partir de septembre 1789, la Révolution gagne aussi l’île et donc Basse-Terre. Les Anglais reprennent la ville, le 22 avril 1794, des mains du gouverneur COLLOT. Victor HUGUES, envoyé par la Convention nationale depuis Paris pour à la fois reprendre la colonie en main et abolir l’esclavage, les en déloge à coups de canon en décembre 1794.

En 1802, la ville est le théâtre d’opérations militaires. Le général RICHEPANCE, envoyé par Napoléon Bonaparte pour rétablir l’esclavage, tente de réduire la résistance acharnée des combattants de la liberté qui se sont retranchés dans le Fort Saint-Charles, sous les ordres de Louis DELGRES et Joseph IGNACE.

Durant le premier Empire, Basse-Terre est occupée du 6 février 1810 au 30 mai 1814, et de nouveau du 10 août 1815 à juillet 1816. Pendant plus de vingt ans, la ville souffre des séquelles de ces occupations.

Ce n’est qu’après quatre cyclones (en 1816,1821,1825 et 1844) que Basse-Terre songe à se réhabiliter par la construction et l’aménagement du Champ d’Arbaud, la construction de l’hôpital militaire (actuel lycée Gerville-Réache), la construction d’un évêché, l’assainissement et l’agrandissement de la cité par la création de nouveaux quartiers tels que Trianon, Versailles, Petite Guinée, Petit-Paris, mais la situation demeure inchangée, aggravée de plus par l’épidémie de choléra en 1865.

À partir de 1870, la commune commence à se reprendre et inaugure en 1889 son Hôtel de ville. Elle sera la première ville à être électrifiée en 1913.

Après le cyclone de septembre 1928, l’architecte Ali TUR bâtit le palais de justice, le palais du Conseil Général et un marché dans les années 1930.

Un port est construit (de 1961 à 1964), le boulevard est tracé en 1962 pour la desserte du port ; il est prolongé en 1964 et de nouveau en 1965. La houle cyclonique consécutive aux cyclones Hugo (1989), Marilyn (1995), Lenny (1999) Omar (2008), ravage à maintes reprises l’aménagement de ce boulevard.

En 1976, 73 600 habitants de la commune sont évacués (15 août-18 novembre 1976) en raison de la forte activité du volcan de la Soufrière. Certains évacués ne reviennent pas. Depuis vingt ans, le centre-ville se dépeuple au profit de zones périurbaines ou des communes limitrophes telles Baillif, Saint-Claude et Gourbeyre, malgré les tentatives de renouveau.

2 – La politique 

Basse-Terre est concernée par l’expérimentation de l’institution municipale, en 1823, et sera érigée en commune en 1837. Le premier maire de la commune de Basse-Terre est Jean-Rémi TERRAIL . Lors des élections de janvier 1850, des troubles empêchent la nomination du maire.

Durant la première guerre mondiale, Basse-Terre fournira son contingent de conscrits parmi lesquels 55 perdront la vie pour diverses raisons (tué à l’ennemi, blessures ou maladie). Un monument leur rend hommage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

3 – les personnalités liées à la commune

De nombreuses personnalités ont marqué l’histoire de la ville.

  • Albert BEVILLE (Paul NIGER) : écrivain, administrateur et militant autonomiste. Mort dans l’accident d’avion de Deshaies en 1962.
  • Elie DOMOTA : Secrétaire Général de l’UGT et porte-parole du LKP lors de la grève de 2009.
  • Philippe CHAULET : Député de la Guadeloupe et maire/conseiller général de Bouillante.
  • Jane FOSTIN : Chanteuse, membre du groupe Zouk Machine.
  • Josette FALLOPE : Historienne et plasticienne.
  • Jacques-Nicolas GOBERT : Général de la Révolution et de l’Empire.
  • Michelle LACROSIL : romancière, auteur de Sapotille et le serin d’argile.
  • Christian LARA : Réalisateur de cinéma (Mamito, Sucre amer et 1802, l’Épopée guadeloupéenne.
  • Gérard La VINY : musicien et compositeur.
  • Ferdinand Joseph L’HERMINIER : médecin, botaniste et zoologiste. –
  • RonyMARTIAS : Coureur cycliste professionnel.
  • Louisy MATHIEU : Député de la Guadeloupe.
  • Antoine-Léonce MICHAUX : Administrateur colonial et officier de marine.
  • Marie-Josée PEREC (surnommée la gazelle noire) : seule athlète française à être triple championne olympique sur 200 et 400m. Championne d’athlétisme, recordwoman de France du 200m, du 400m, du 400m haies et du relais 4x100m.
  • Tanya SAINT-VAL : Chanteuse de zouk et zouk love.
  • Willy SALZEDO : Pianiste et compositeur..

Retour en haut de l’article

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
Mairie de Basse-Terre

 

Retour en haut de l’article

Vous pourriez aussi aimer…

CRASH de Deshaies

CRASH de Deshaies

Le CRASH de Deshaies 22 juin 1962 Sommaire Les faits Accident ou attentat ? Le vol Sabotage, accident ou attentat ???...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This

Partagez sur :

Partagez cet article avec vos amis!