Written by Chantal CHARLES-ALFRED

Chantal Charles-Alfred, est originaire du Morne-Rouge en Martinique. Depuis sa plus tendre enfance, elle a été baignée lors des rencontres familiales par des anecdotes diverses sur les différents membres de la famille. Sa passion pour la généalogie est un héritage de son grand-père qui connut une vie remplie d’histoire et d’anecdotes.

23 février 2022

AUGUSTE-AMBROISE BEBIAN

(1789- 1839)

Son parcours

Issu d’une famille de riches négociants originaires de Toulouse, Roch Auguste-Ambroise BEBIAN est né le 4 août 1789 à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe.

Filleul de l’Abbé Sicard, il quitte la Guadeloupe à l’âge de 12 ans pour étudier à Pari. Il sera mis en pension chez un prêtre l’abbé Jauffret, tout en suivant les cours au collège Charlemagne. Particulièrement doué en grammaire générale et métaphysique du langage, il sera hébergé et élevé tout comme les autres pensionnaires .

Après ses études, il décide de se consacrer à l’enseignement des sourd-muets. Grâce à son parrain, l’Abbé Sicard, il intègre l’Institut National des Sourds-Muets de Paris. Il y apprend la langue des signes et se liera d’amitié avec plusieurs élèves dont  notamment Laurent CLERC.

Il décide alors de rester à l’Institut pour enseigner aux mal entendants. Dès lors il n’aura de cesse de défendre et de valoriser la langue des signes en qualité de système linguistique à part entière.

Durant cette période, il perfectionne l’alphabet des signes et effectue des travaux de recherche pédagogiques ainsi que des innovations très poussées dans ce domaine.

Ses recherches déboucheront sur la publication en 1816 d’un premier livre « Essais sur les sourds-muets« . Un second ouvrage sur le « langage naturel » sera édité en 1825.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

En 1816, grâce à ses recherches, Auguste Bébian est nommé répétiteur de l’Institut National à la place de Laurent Clerc qui part pour les Etats-Unis. Il intègre alors le Bureau d’Administration

En 1818, il participe au concours de l’académie des sciences. Il remporte le concours . Sa célébrité est telle que le tsar de Russie lui propose d’intégrer l’Institut des sourds-muets à Moscou, ce qu’il refuse, préférant rester avec ses élèves.

Le 30 avril 1819, son parrain l’Abbé Sicard le nomme à la direction en tant que Censeur des études. Autant il est adulé par les élèves, autant il est très mal vu de ses collègues oralistes.

En janvier 1821, suite à des différends avec certains professeurs et aussi avec le Conseil d’Administration, Auguste Bébian est évincé de l’Institut.

Il tente alors de fonder une école privée pour les Sourds-muets, mais cette expérience se solde par un échec.Mais il continue ses recherches.

En 1824, il publie « Mimographie ou essai d’écriture mimique propre à régulariser le langage des sourds-muets ».Il lance également n journal dédié aux sourds-muets. Mais faute de soutien financier, les parutions cesseront au bout d’un an.

De 1832 à 1834, il dirigera brièvement l’école de Rouen.Durant cette période, il éditera un fondamental « lecture instantanée ou méthode nouvelle our apprendre à lire sans épeler ».

En 1829, il épouse mademoiselle Lemestre qui lui donnera un fils, Honoré.

En 1836, craignant la misère, il décide de retourner en Guadeloupe et fonde un pensionnat un pensionnat pour les gens de bonne famille située, rue de la loi. Mais l’écho de ce pensionnat reste très mitigé. 

De plus, Auguste Bébian reste très affecté par la disparition de son fils, survenu le 21 août 1836.

Quelque temps après, il fonde l’Ecole Mutuelle Libre, une école  fréquentée aussi bien par les Blancs que pour les gens de couleur et dispensée par des laïcs. Cette fois-ci, le succès est bien au rendez-vous !! Basée à Basse-Terre l’école sera transférée à Pointe-à-Pitre.

Malade, Auguste Bébian meurt le 24 février 1839 à l’âge de 50 ans à Pointe-à-Pitre à son domicile située au n° 6 de la rue de la loi.

Cette maison sera habitée par la suite  par le poète et écrivain Gilbert de Chambertrand.

Par décision du Conseil Municipal de Pointe-à-Pitre du 10 août 1884, la rue de la loi sera renommée rue Bébian. Elle va du boulevard Chanzy à la place de la victoire.

Auguste Bébian repose au cimetière de Pointe-à-Pitre.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer…

LE TOUR DES YOLES

LE TOUR DES YOLES

LE TOUR DES YOLES Chaque année, le Tour des Yoles constitue l’évènement majeur des grandes vacances en Martinique. Il...

CRASH de Deshaies

CRASH de Deshaies

Le CRASH de Deshaies 22 juin 1962 Sommaire Les faits Accident ou attentat ? Le vol Sabotage, accident ou attentat ???...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This

Partagez sur :

Partagez cet article avec vos amis!