Written by Chantal CHARLES-ALFRED

Chantal Charles-Alfred, est originaire du Morne-Rouge en Martinique. Depuis sa plus tendre enfance, elle a été baignée lors des rencontres familiales par des anecdotes diverses sur les différents membres de la famille. Sa passion pour la généalogie est un héritage de son grand-père qui connut une vie remplie d’histoire et d’anecdotes.

1 avril 2022

Origine de la commune

A l’origine, Pointe-Noire s’appelait le « Quartier des Plaines de Pointe-Noire » ou « le Caillou », du nom du sieur CAILLOU, l’un des premiers habitants du lieu. La rivière qui traverse le centre bourg porte d’ailleurs encore ce nom.

Le nom actuel de la commune est dû à la présence dans la mer d’une chaîne de roches granitiques volcaniques d’un noir bleuâtre qui recouvrent la pointe située au nord du bourg.

Située sur la côte sous le vent,La commune fait d’abord partie d’un vaste territoire appelée paroisse du Grand Cul-de-Sac qui inclut également les communes actuelles de Deshaies, Sainte-Rose, Lamentin et Baie-Mahault.

Pointe-Noire devient une paroisse à part entière le 1er avril 1730 et prendra pour nom le Caillou. Saint-Jean, Marigot, les Plaines deviendront, avec les autres, des sections. L’église, centre du quartier, est construite, la milice est autonome, et la défense du bourg est confiée à une petite batterie simple montée de deux canons. »

Le commerce de Pointe-Noire y est florissant. Les flibustiers de la Martinique se ravitaillent auprès des petits colons, qui en tirent revenus, avec leurs produits de chasses, tourterelles, ramiers perroquets etc…. En 1743, la paroisse comptait 150 maisons, 600 blancs, 1.200 noirs et une centaine d’indiens caraïbes.

L’histoire de Pointe-Noire comporte un certain nombre d’épisodes qui illustre le fort tempérament de ses habitants. Les pointe-noiriens ont la réputation de  « ne pas faire comme les autres » . On pourrait jusqu’à dire qu’ils vont dans le sens contraire du« vent de l’histoire » :

  • L’insurrection, en 1715, d’un petit groupe de planteurs contre l’impôt « octroi par tête de noir » institué par le roi ;
  • La bataille que livra en 1747 le Capitaine de milice GUYONNEAU avec 60 hommes pour porter aide à un brigantin poursuivi par une frégate anglaise ;
  • L’installation, le 16 décembre 1794, d’un tribunal révolutionnaire à l’époque de Victor Hugues. Le même jour, il condamne la mulâtresse URSULE à trois mois de détention, pour ne pas avoir respecté la cocarde tricolore. Elle sera exposée  pendant un mois, deux heures le matin, deux heures le soir, avec un écriteau portant la mention «femme dégradée du nom de la citoyenneté française ».
  • Une dame de 79 ans, madame LALBINQUE, est accusée d’avoir voulu émigrer. Transportée dans un hamac, jusque sur le parvis de l’église, elle fut fusillée à même le sol ;
  • Le passage en 1802 du Capitaine IGNACE, fuyant Pointe-à-Pitre pour rejoindre DELGRES : une masse de noirs, conduite par IGNACE, venant de Petit-Canal, du Lamentin et de Sainte-Rose, partait rejoindre Delgrès, qui combattait RICHEPANCE, venu rétablir l’esclavage. Un historien de la commune déclare à cette occasion que leurs pas ont marqué d’une manière soutenue et indéniable les rues de Pointe-Noire ». Une rue de la commune porte d’ailleurs le nom d’IGNACE.

Une autre anecdote, qui remonte à l’époque de la deuxième guerre mondiale, est assez savoureuse.

Le gouverneur SORIN, aux ordres de Vichy, imposait en Guadeloupe, la loi du maréchal Pétain. Il y avait, dans la commune, un homme prénommé  Brun PRADEL, quarante-cinq ans travaillant  à la municipalité, homme sévère et sérieux.

Un jour, le gouverneur SORIN, traversant Pointe-Noire à cheval, se retrouva nez-à-nez avec Brun PRADEL qui lui refusa le passage du gué.

Malgré son insistance pour vouloir passer, rien à faire !! Le gouverneur se retrouva à l’eau ! L‘histoire ne dit pas si Brun PRADEL a été condamné ou pas.

Les monuments

L’Eglise de Pointe-Noire Notre-Dame de l’Assomption fut construite en 1853 et agrandie en 1976. A ce jour, elle a gardé son ancienne façade avec son fronton néo-classique souligné par un chaînage en pierre volcanique. Un petit clocher carré surmonte la sacristie. A côté de l’église, à l’entrée du cimetière se tient un caveau particulier, la cave des prêtres. C’est un édifice en forme de temple romain, contenant les ossements des prêtres et religieux de la commune.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Façade de l’église Notre-Dame de l’Assomption.

Tout au long du XIXe siècle, Pointe-Noire vécut une longue période de déclin accrue et connu de nombreuses catastrophes. Catastrophes naturelles, tremblement de terre en 1843, épidémie de choléra en 1865, cyclones de 1865 et 1928, puis en 1914, un terrible incendie qui détruisit une centaine de maisons, rue de la République, le feu s’étant déclaré dans un lolo.

Mais la commune tient aussi sa renommée pour être la ville du bois. Berceau du travail du bois, les meilleurs ébénistes de l’île sont pour la plupart originaires de  Pointe-Noire. La réputation des scieurs de long, des charpentiers et menuisiers n’est plus à faire car ils ont un savoir-faire unique établi depuis plusieurs générations. Cela perdure encore aujourd’hui.

A l’instar des autres communes de la Guadeloupe, Pointe-Noire a payé un lourd tribu humain durant la 1ère guerre mondiale Le monument aux morts en témoigne. Le monument représente un soldat debout l’arme au pied, portant fièrement le drapeau. Une plaque en marbre porte gravés les noms des 55 Pointe-Noiriens morts pour la France. 

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
Le Monument aux Morts de Pointe-Noire

Pointe-Noire accède au statut de commune en 1837. Le premier maire est le sieur AUBIN, commandant de quartier.

La première mairie de Pointe-Noire est construite en 1933, sur la place de la Liberté, sous la mandature de Saint-Cyr PAGESY. Cette mairie sera détruite par un violent cyclone en 1928. Elle sera reconstruite par l’architecte Ali TUR et est inscrite aux monuments historiques depuis 1992.

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

La Mairie de Pointe-Noire

 

 

Le maire actuel de la commune est  Camille, Philippe ELISABETH.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Les sections

Les sections principales sont :

– Acomat                       – Bellevue

– Baille-Argent,             – Morphy 

– Mahaut                       – Beausoleil,                 

– Bellevue,                    – les Plaines

– l’Espérance,               – Thomy

– Trou-Caverne             – Gommiers

– Plage des Caraïbes 

Les habitants de Pointe-Noire sont réputés pour leur fort tempérament.

 

Les personnalités

Les personnalités liées à la commune de Pointe-Noire sont :

Marcel ESDRAS député de la Guadeloupe, Président du Conseil Régional et Maire de Pointe-Noire.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Boris CARENE coureur cycliste

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

                                               

  Claudien REBUS, « Pwofésè R Majuscule », Auteur,  compositeur,Animateur, Artiste fervent défenseur de la langue créole

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Georges PLONQUITTE : Auteur, compositeur et interprète, membre du groupe Typical Combo.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Ladine MARTHELUS , historien

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Christian JEAN-CHARLES, ancien Maire de Pointe-Noire

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Philogène ASTASIE, artiste

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Léone BERTIMON, championne de lancer de poids

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

                                                                                               Yoann RUFFINE, coureur cycliste

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

Félix DESPLAN, Sénateur et ancien Maire de Pointe-Noire

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

                                                                                                         Yannick CABRION, Artiste

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

 

 

Hugues PAGESY, écrivain

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

 

 

 

 

 

 

 

 

Les sources

Histoire des communes Antilles Guyane T.4

 

 

    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn
    • Facebook
    • Twitter
    • Gmail
    • LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer…

CRASH de Deshaies

CRASH de Deshaies

Le CRASH de Deshaies 22 juin 1962 Sommaire Les faits Accident ou attentat ? Le vol Sabotage, accident ou attentat ???...

AUGUSTE-AMBROISE BEBIAN

AUGUSTE-AMBROISE BEBIAN

AUGUSTE-AMBROISE BEBIAN (1789- 1839) Son parcours Issu d’une famille de riches négociants originaires de Toulouse,...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This

Partagez sur :

Partagez cet article avec vos amis!