Written by Chantal CHARLES-ALFRED

Chantal Charles-Alfred, est originaire du Morne-Rouge en Martinique. Depuis sa plus tendre enfance, elle a été baignée lors des rencontres familiales par des anecdotes diverses sur les différents membres de la famille. Sa passion pour la généalogie est un héritage de son grand-père qui connut une vie remplie d’histoire et d’anecdotes.

6 janvier 2021

Habitation DEPAZ

Berceau de la marque Depaz, l’Habitation La Montagne, est située sur les hauteurs de Saint Pierre en Martinique.

Bâtie en 1635 par Jacques du Parquet, Gouverneur de la Martinique et neveu de Belain d’Esnambuc, le domaine « la Montagne » est un des tout premier domaine agricole de l’île. Il produit à l’époque de l’indigo et du tabac puis s’oriente vers la culture de la canne et la production de sucre. 

« L’habitation la Montagne » change plusieurs fois de propriétaires avant d’être acquise par la famille Perez, des colons d’origine bordelaise, établis à Basse-Pointe.

L’une des filles, Marie Victoire Perez épouse Joseph Pécoul, avocat alors modeste originaire d’Aix-en-Provence. Les Pécoul resteront maîtres des lieux plus de cent ans, de 1810 à 1917, donnant leur nom à la propriété que l’on nomme alors « Pécoul – La Montagne » ou « Pécoul – Saint Pierre ».

 Lors de la crise du sucre dans les années 1880, les Pécoul renoncent à leur sucrerie et se lancent dans le rhum. La distillerie remplace donc, vers la fin du 19ème siècle, la sucrerie de La Montagne et devient Habitation Périnelle.

Plusieurs familles travaillent sur l’habitation, y compris celle de Victor Depaz. Elles participent au développement de la production de rhum, et ainsi, donnent à l’essor de la ville de Saint Pierre qui devient alors le premier port rhumier mondial.

Saint Pierre surnommé « le Petit Paris des Antilles » ne compte pas moins de 15 distilleries. Elles seront toutes détruites le 8 mai 1902. par l’éruption dévastatrice du volcan qui rase littéralement la ville, faisant 30.000 morts.

L’Habitation Perrinelle qui appartient à la famille Depaz en fait partie. L’ensemble des membres de la famille, soit une soixantaine de personnes, périssent lors de l’éruption, à l’exception du fils Victor, parti en métropole pour faire ses études.

Etudiant à Bordeaux, il apprend la terrible catastrophe en même temps que la disparition de toute sa famille. Orphelin, ruiné, il entreprend de s’installer au Canada.

Durant son périple, lors d’une escale en Martinique, il décide finalement de revenir à Saint-Pierre, sur l’habitation Perrinelle qui l’a vu naitre. Il rachète l’exploitation à la famille d’Aurigny.

Le 8 Mai 1917, tout juste 15 ans après l’éruption, il met en route sa toute nouvelle distillerie approvisionnée par les 521 hectares de canne à sucre dont il est désormais propriétaire sur les flancs de la Montagne Pelée.

Après avoir fait construire un vaste réseau canalisant les eaux de la Roxelane. En 1920,  il fait édifier une demeure familiale, réplique de l’Habitation Perrinelle où il a passé son enfance, bien vite dénommée Château Depaz, où il s’installe en 1922 avec son épouse et ses onze enfants.

En 1922, les rhums Depaz obtiennent leur 1ère médaille à Marseille. Ils sont récompensés par une médaille d’or à l’exposition de 1927 de la Rochelle. C’est le début d’une longue moisson de récompenses qui perdure encore aujourd’hui.

Tout au long de sa vie, Victor Depaz n’a de cesse de développer les rhums qui portent son nom. Il occupera même la fonction de maire de Saint-Pierre de février 1941 à juillet 1943.
Il décède à Paris le  7  novembre 1960.

De 1848 à 1989, les fils de Victor Depaz prennent le relais de leur père. André et Raoul Depaz modernisent la production de la canne à sucre et améliorent la distillerie que tout le monde appelle désormais distillerie Depaz.

En 1998, le destin frappe encore l’Habitation Depaz avec un terrible incendie. Une soudure réalisée dans un des chais avec l’air imprégné de vapeurs d’alcool provoque l’embrasement. Près de 700 000 litres de rhum contenu dans les fûts de vieillissement partent en fumée. Cet événement explique la rareté des millésimes des années qui précèdent cet accident. Depuis, les chais de la distillerie Depaz ne sont plus visitables.

Aujourd’hui encore, les cannes à sucre gorgées de soleil, les sols volcaniques et l’eau d’une extrême pureté, participent au goût exceptionnel des rhums Depaz.

  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn
     
  • Facebook
  • Twitter
  • Gmail
  • LinkedIn

Vous pourriez aussi aimer…

LE TOUR DES YOLES

LE TOUR DES YOLES

LE TOUR DES YOLES Chaque année, le Tour des Yoles constitue l’évènement majeur des grandes vacances en Martinique. Il...

Jenny HIPPOCRATE

Jenny HIPPOCRATE

Jenny HIPPOCRATE ou LA VIE D’UN GENIE Nul ne pouvait prédire le destin de Jenny Hippocrate à part elle-même Sommaire...

Pierre-Marie PORY-PAPY

Pierre-Marie PORY-PAPY

Pierre-Marie PORY-PAPY 1804 - 1874 Son parcours Pierre-Marie PORY-PAPY  est né le 3 mai 1805 à Saint-Pierre en...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This

Partagez sur :

Partagez cet article avec vos amis!